AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 J'suis pas venu ici pour vous squater ! J'avais pas le choix !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haku Kuroi

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 17
Localisation : Quelque part... Je crois...

MessageSujet: J'suis pas venu ici pour vous squater ! J'avais pas le choix !   Sam 28 Déc - 17:46





Ton personnage

Nom:Kuroi
Prénom(s):Haku
Âge:16 ans
Sexe:Masculin
Nationalité:Irlandais
Races:Hybride (mère démon et père vampire)
Personnage (nom+provenance) Len Kagamine > Vocaloid
Pouvoirs : Pouvoir des vampire et des démons
• Pouvoir de base Aspire de l'énergie en mordant sa victime  
• Premier Pouvoir & mini description
Aggrave les blessures par les mots



Ton puff

Code du règlementValidés par John
Âge 12 ans
SexeFéminin
Comment que t'es arrivé ici ? Par les étoiles d'Internet !
Et tu penses quoi de KJ ? Très sympa (mais les surveillants sont bizarrreeees !)
Tu veux avoir accès à la partie Rps hot ? La partie réservée aux Rps hentaïs. [] Oui [+] Non
C'est ton dernier mot ?Voui ! Je crois...



Description morale

On me trouve en général étrange. Etrange du fait que je ne me comporte jamais comme les autres. Je ne cherche pas à les imiter d'ailleurs. Je n'ai jamais cherché à ressembler à quelqu'un. Mon passé m'oblige à rester seul.
J'aime la solitude. Ce sentiment profond qui vous fait réfléchir sur le sens de notre vie. Mais j'ai beau rester seul, je ne parviens pas à trouver ma voie.  
Je suis distant et il est difficile, presque impossible, de toucher mon âme. Je l'ai enfermée et scellé bien au fond de moi il y a déjà longtemps. Je peut paraitre froid.
Il y a des fois où je ne peux m'empêcher d'envoyer une remarque acerbe. Je ne montre jamais mes sentiments, à part la colère pour impressionner, mais ce n'est jamais sortis contre ma volonté.
Je suis aussi révolutionnaire, rebelle, attiré par la justice et la liberté. Épris d'humanisme. Je ne supporte pas qu'on touche aux personnes que j'aime. On peut me faire quoi que se soit, je m'en fiche, mais on ne touche pas à mes amis.
J'ai tendance à rire de tant à autre, bien qu'il soit très difficile de m'arracher un sourire. Je suis un peu enfermé dans une coquille. je suis aussi généreux. Trop on me dit souvent. On me dit même souvent que je suis trop gentil, à tout donné sans rien demandé en échange à chaque fois.
Mais j'ai tout de même cette impression de ne pas vraiment existé par ce que les autres ne m'apprécient que parce que je les aide ou je les protège. J'ai l'impression que je suis tout seul, même quand je suis au milieu d'un tas d'étudiants qui me font part de leurs babillages incessants.
J'ai aussi tendance à blesser les autres s'en m'en rendre comte. Je ne m'attire que des ennemis à cause de ça...







Description physique

Il faudrait pour ça que je me regarde dans une glace. Mais j'ai bien trop peur pour le faire.
Les garçons disent que j'ai une taille de "tafiole". Par apport aux autres, il est vrai que je ne suis pas très grand. J'ai plutôt la taille des filles de mon âge, d'où mon surnom de "tafiole". J'ai des cheveux blonds et courts en bataille, résultats de ma négligence en ce qui concerne leur brossage le matin. Et ça ne m'importe peu. J'ai des yeux bleues ou verts, cela varie selon mon humeur. C'est étrange, mais c'est comme ça. D'ailleurs, les autres sont souvent fascinés par ce curieux changement. J'ai le teint assez pâle, ce qui s'accorde avec mes cheveux blonds. Il parait que, quand je souris, c'est comme si le soleil se levait. Mais franchement, je ne crois pas... Je promène souvent mon casque pour écouter de la musique avec moi. La musique m'inspire quand j'écris et je lis. Je m'habille souvent avec ce look dit "passe partout". Parce que je n'aime pas me faire repéré. J'aime être discret.


Il était une fois...

J'étais né un beau soir de 9 septembre. Il faisait noir, c'était la nouvelle lune, on n'y voyait rien à 3 mètres. C'était un endroit, perdu au milieu des landes. Ma mère est morte en me donnant naissance. Moi, un stupide bâtard. Née d'une femme démon et d'un vampire. Ma mère a perdu beaucoup trop de sang a dit le médecin, elle a eu une hémorragie, personne n'a put la sauver. Mon père m'a appelé Haku. Comme la nuit. Mon nom, Kuroi, m'a été donné ensuite. Parce que j'étais la cause, ou plus ou moins, de la mort de ma mère. Et elle était morte d'une hémorragie. Il y avait du sang partout. On m'avait appelé "Nuit Noire". Tels étaient mon prénom et nom si on les traduisaient. Pure coïncidence ? Je ne crois pas. J'étais née avec le malheur autour de moi. J'étais née maudit, je ne sais pas par quoi, mais mon existence n'apportait que le malheur. Mon père, un vampire, est tombé en dépression une année après. J'avais 1 ans. je ne m'en souviens évidemment pas. Il a été envoyé à l'hôpital. Ils n'ont rien puent faire et il a commencé à fumer. Ce qui l'a rendu très malade puisqu'il a attrapé quelques mois après le cancer des poumons. J'avais bientôt 2 ans.

J'avais 4 ans, quand mon père est allé à l’hôpital pour se faire opérer. J'ai été gardé par ma grand-mère. Je ne l'avais encore jamais vu, mais, dès le premier coup d’œil, je l'ai tout de suite aimée. Je me souviens qu'elle était très gentille. C'était une vampire aussi. Mais sa nature douce n'en donnait pas l'air et elle vivait aisément avec les humains. Mais elle est morte peu après l'opération de mon père. Heureusement, celui-ci était déjà de retour, et, je ne me suis pas retrouvé seul.

J'avais 5 ans, quand mon père a présenté de nouveaux signes de faiblesses. Son cancer s'était propager, et l'opération ne l'avait en rien arrêter. Il a donc été envoyé à l’hôpital pour une durée indéfinie, pour qu'ils puissent le surveiller. Au fond, le monstre qui était en moi désirait que la maladie le tue. Mais mon autre moi, plus fragile, plus sensible, priait silencieusement pour qu'il revienne à mes côtés. J'ai été envoyé chez ma tante. Tout de suite, elle a été infect avec moi. Un soir, elle m'a même frappé.

J'avais 6 ans. J'ai appris à lire et écrire. J'adore faire ça. J'ai souvent emprunté de gros livres pour les déchiffrer, bien que je ne comprenne pas grand chose à ce qui était écrit. J'aimais ces mots gravés à l'encre noir sur ces feuilles blanche. L'odeur qui s'en dégageait quand les livres étaient neufs... J’aimais écrire aussi. Voir l'encre glisser lentement sur le papier. Nombreux, étaient ceux qui ne me comprenaient pas. Mais c'était la seule chose que j'avais le droit de faire chez ma tante. Elle m'a forcée à écrire une nuit entière, une fois. J'avais tellement mal au poignet le lendemain, que, ma maîtresse m'avait laissé me reposer. Puis, peu à peu, la correspondance avec mon cahier secret à commencer. Avec les mots que je savais écrire, j'écrivais les malheurs qui m'arrivaient avec ma tante : quand elle me battait avec un espèce de "bâton", quand elle me privait de manger sans raison, quand elle m'obligeait à rester le plus longtemps possible sur mes devoirs jusqu'à ce que je sache tout par cœur... C'était l'enfer. Un enfer aussi bien pour mon corps que pour mon esprit. J'avais ds marques gravés dans mon dos. Et puis à l'école, on se moquait de moi et on me lançait parfois des cailloux. J'étais soumis à leur cruel dictature, pour la simple et bonne raison que j'étais seul. Sans défense.

J'avais 10 ans. L'état de mon père s'aggravait. Ma tante m'emmenait le voir pour prendre de ses nouvelles. Il était allongé dans un lit d'hôpital avec des tuyaux un peu partout. Je ne voulais pas voir ça. Ça me faisait tellement mal. Et tout les soirs, j’écrivais ce mots qui m’effrayaient : tuyau, coup, bâton, hôpital, cancer, cailloux, tante, enfants, adultes, sang, douleur, torture, malheur, larmes, pleurs, chagrins... Tous ces mots, qui, chaque jours, faisaient partis de mon quotidien de souffre-douleur.

J'avais 12 ans. Je rentrais du collège. C'était ma première mauvaise note de ma vie. Ma tante me l'a arrachée des mains. Elle a hurlé de rage. Elle a sortit le bâton déjà taché de mon sang. Et elle m'a frappé. Encore et encore. Si bien que j'ai finit par m'endormir sur le sol pour ne pas bouger, par peur de me faire mal. Le lendemain, ça a été le martyre. J'avais des douleurs partout et j'avais peur que le sang traverse mes vêtements. J'avais peur que les autres découvrent mon secret. Qu'ils découvrent que je suis battu, que je ne mange pas correctement, et que je suis soumis à tout les ordres de ma tante. Ils ne l'ont pas découverts. Mon père est finalement mort quelques jours après. Je me suis écroulé. Tout ce qui me restait d'espoir de me libérer de ma tante s'était évanouie avec lui. J'avais assisté en silence à son enterrement. Sans pleurs, sans rien.

J'avais 15 ans. J'étais en dernière année de collège. J'étais ce brillant élève dont les professeurs adoraient conter les louanges à leur élèves. J'étais un modèle. Tout le monde m'admirais. J'avais tellement chaud au cœur... Je voulais tous les remercier. Mais, je ne voulais pas me montrer faible face aux autres. Je ne devais pas montrer mes sentiments. Sinon, se serait fini de mon soudain bonheur. Ma tante continuait à me battre. Je ne savais que faire. J'étais impuissant. Toujours plus nombreuses étaient les cicatrices sur mon corps. Toujours plus douloureuses. Quand je passais devant le miroir, j'effaçais le buée et mon visage apparaissait devant moi. Me rappelant qui j'étais. Ce que je vivais. Ce monstre en moi, qui transformais ma peur et ma colère en une haine meurtrière. J'étais une bête. J'avais l'impression d'être un animal en cage. Mes cheveux blonds étaient très longs à cette époque. Je les laissais comme ça pour amortir les coups. Ils m'arrivaient jusqu'aux cuisses. Un soir, je ne sais pas ce qui m'a pris, mais ça a été le tournant décisif de ma vie. Ma tante s'était postée derrière moi, rouge de colère. Elle a levé le bâton au dessus de ma tête pour me frapper. Et je n'ai pas hésité une seul seconde, j'ai attrapé le couteau près de moi et je l'ai enfoncé dans le corps de mon bourreau. Elle m'a regardé, surprise. Le bâton est tombé sans aucune force sur mes épaules déjà meurtris. Je n'ai rien sentit. Le sang avait taché mon visage et mon teint semblait encore plus pâle qu'avant. J'avais tuer. Je me suis surpris à lécher le sang sur mes joues. J'aimais ce gout métallique. Le monstre qui était en moi avait gagné. je suis tombé à genoux et j'ai pleuré. Pour la première fois j'ai pleuré. Je ne savait pas pourquoi. Par tristesse pour l'avoir tuée de mes propres mains ? Ou bien par joie d'être enfin libéré ? Puis, Je me suis enfuit après avoir effacé toute preuve de mon existence ici. Sans aucun regret. En signe de ce nouveau départ, j'ai tranché mes cheveux avant de me débarrasser du couteau que j'avais gardé durant ma fuite.

Puis, je me suis retrouvée à Kyouki Junsei. J'avais été coincé quelque part ils m'avaient emmenés. Je suis donc arrivé très récemment. Il n'y a même pas un an maintenant. J'ai eu beaucoup de mal à m'intégrer. les autres ne comprenait pas que je veuille rester seuls. ils étaient gentils, mais, je n'avais pas besoin de leur aide. Ce n'était pas que je ne les aimais pas. Je ne voulais pas leur attirer des ennuis. Je ne voulais pas non plus qu'ils découvrent que j'ai été battu étant plus jeune, ni qu'ils apprennent que j'ai tuer. Alors, même si ce n'est en aucun cas contre eux, je garde mes distances.

Codage par Sunhae sur Libre Graph


Dernière édition par Haku Kuroi le Dim 29 Déc - 14:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon S. Breaker
Élémentaire, mon cher Damon
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 22/03/2013

MessageSujet: Re: J'suis pas venu ici pour vous squater ! J'avais pas le choix !   Dim 29 Déc - 13:57


Bienvenue sur le forum ! J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous !

Petits bémols, sinon j'aime beaucoup ton style d'écriture:
-Tu n'as le droit qu'à une pouvoir de base et un pouvoir secondaire. ♥ Je compte faire une liste prédéfinie très bientôt, si tu n'as pas d'idées, attends simplement la MAJ. ♥

-"Ce qui l'a mener à sa perte puisqu'il a attrapé quelques mois après le cancer des poumons." Au début, j'ai été perdu, il est mort or not ? :>

- Quand tu dis hybride, c'est hybride quelle espèce et quelle espèce ? Qui est le vampire des deux parents, qui est le démon ?

-n'hésites pas à sauter des lignes un peu. ♥

Voilà, mis à part ces petits détails (y en a beaucoup, mais ils sont minimes) je pourrais te valider !

Bonne chance. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haku Kuroi

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 28/12/2013
Age : 17
Localisation : Quelque part... Je crois...

MessageSujet: Re: J'suis pas venu ici pour vous squater ! J'avais pas le choix !   Dim 29 Déc - 14:46


Corrigé Damon-san !~
Est ce que c'est bon maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon S. Breaker
Élémentaire, mon cher Damon
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 22/03/2013

MessageSujet: Re: J'suis pas venu ici pour vous squater ! J'avais pas le choix !   Lun 30 Déc - 19:09


Parfait. :D
Je t'ajoute dans ton groupe, tu peux maintenant tout d'abord recenser ton avatar, demander une chambre ou encore rejoindre un club

demander un partenaire de RP, journal intime, une fiche de Relationship, un topic msn et portable !

Amuses toi bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'suis pas venu ici pour vous squater ! J'avais pas le choix !   


Revenir en haut Aller en bas
 

J'suis pas venu ici pour vous squater ! J'avais pas le choix !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...
» Dark',pour vous servir...
» Pour vous remonter le moral
» Suis-je simplement ici pour me remémorer un souvenir ? [Livre 1 - Terminé]
» Une demande, une question, un problème : Cette section est faite pour vous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyouki Junsei :: Admninistration :: Présentations :: Présentations validées-